Commerce : Liza Market a ouvert ses portes sur l’avenue ...

Le commerce dans les Marolles au temps de la Covid-19, un biotope en danger

Le commerce dans les Marolles au temps de la Covid-19, un biotope en danger
Après deux mois d’inactivité pour les commerces et trois pour les restaurants, la reprise est difficile. Si ce weekend du 13 & 14 juin l’ouverture de l’Horeca a ramené un peu de vie dans le quartier, le moral est loin d’être au beau fixe et si les expériences divergent d’une rue à l’autre, d’un commerce à l’autre, les peurs et les espoirs sont relativement les mêmes.

https://preview.redd.it/69zvk8n63kq51.jpg?width=500&format=pjpg&auto=webp&s=390f36be18ee235ff125d30e0a3fe0e80eff9546
Chez Julie Menuge, Designer textile, SuperMix Veritable, rue Blaes, 154.
“J’ai fermé quand le gouvernement a annoncé que les commerces devraient fermer les week-end.“
Julie prend très vite une décision, fermer le week-end alors que c’est justement là qu’elle travaille le plus avec la vie sociale dans les Marolles, le Vieux Marché, etc… Durant la semaine elle constate qu’il n’y a plus un chat dans les rues, ca ne servait à rien en fait de rester ouverte.
“Je me souviens que le gouvernement a annoncé le lockdown total le 17 mars, j’ai eu super peur, je me suis fait des crises d’angoisse, j’avais pas tellement de cas autour de moi de gens malades, mais je me suis vraiment demandé à quelle sauce on allait être mangé•es, ce qui allait se passer vraiment, je me suis dit c’est un vrai truc pour paralyser toute activité et contrôler les populations. J’ai donc été louer une voiture, que j’ai “bourrée comme un oeuf” de toutes mes affaires de l’atelier-boutique, j’ai essayé de prendre le max de choses utiles pour pouvoir travailler : toute ma collection, deux machines, des matières premières…. Avec l’idée de faire une boutique en ligne et de travailler à la maison, sans vraiment savoir comment ca allait se passer. “
Julie se confine donc, comme tout le monde et sur les réseaux sociaux on ne parle que de masque, de fabrication de masque, de tuto de masque et très rapidement certaines personnes lui demandent d’en fabriquer
Julie va coudre donc plus de 200 masques , pour ses voisin•es et ami•es dont Lili fait partie, qu’elle a vendu à prix libre et donnés très régulièrement.
Pendant ce temps là du côté de la rue des Renards…
A partir du samedi 14 mars, c’était imparable: tout devait fermer et pour Calaveras c’était particulièrement dommageable: « Nous avons travaillé des mois pour l’expo « Vendredi XIII ». Mathilde Payen était venue de Paris car elle devait animer un atelier de gravure le dimanche 15 mars. Après le vernissage du vendredi 13, on a dû fermer et tout annuler. »
De temps en temps le bruit d’une vespa uber qui se gare devant le Darling’s Cupcakes vient troubler les minimes échanges de la clientèle du Renard bleu qui, après un mois et demi d’arrêt total, a proposé des plats à emporter.
Ainsi lorsque les sons du chantier du haut de la rue s’interrompent, on entend les oiseaux chanter. La rue des Renards sans ses commerces est toute en silence.
Pour des commerçant•es dont le magasin est ouvert respectivement depuis 31 ans comme Bijoux ou 23 ans pour Atchoum, c’est très déstabilisant.
Le loyer et les charges sont des postes onéreux pour les personnes qui ne sont pas propriétaires de leur local: « La ville a annulé le paiement des loyers d’avril et mai pour les locataires de ses magasins ». Nous confie Claude de Atchoum. Pour les autres, locataires du privé, ce n’est pas toujours simple de trouver un arrangement avec leur propriétaire.
Pour pallier le manque de revenu, les entreprises ont reçu du Fédéral une aide unique de 4.000 €. Si cette somme a permis à certaines personnes « de garder la tête hors de l’eau », pour les restaurants: « Même si le personnel bénéficie du chômage technique, après 3 mois d’inactivité que représentent 4.000 € ? » s’inquiète la responsable du Restobière.
Les indépendant•es ont perçu un droit passerelle, une indemnité mensuelle de 1.291,69 € (1.614,10 € avec charge familiale) mais pourquoi le propriétaire du Vintage Design n’y a-t-il pas droit?
Mathieu & Simon, eux, n’ont droit à rien: « Infographistes autonomes, notre statut, c’est chômeurs, salariés de Smart(1). Nous sommes des artistes mais nous ne bénéficions pas du statut d’artiste. Ce statut permettant la constance de l’allocation de chômage est réservé à ceux qui sont payés au cachet ce qui est impossible dans notre travail. Notre statut est un statut bâtard ».
En allant rue de Nancy, au numéro 12 il y a l’atelier d’A chacun sa madeleine
Xavier et Alex avaient le statut d’indépendants avant le confinement. Leur entreprise a été doublement impactée par la crise du Corona. En effet travaillant dans le catering pour l’audiovisuel ou l’évènementiel A chacun sa madeleine dépend autant du secteur de l’horeca que du culturel. Contrats annulés ou reportés, ne pouvant pas rebondir tout de suite, faisant partie des deux secteurs les plus touchés par cette crise, ils ferment définitivement les portes de leur atelier « Ce sont des secteurs très difficiles depuis toujours’ raconte Xavier ‘on ne nous prend pas en compte d’un point de vue administratif, ce sont des cas particuliers et on ne peut pas nous mettre vraiment dans des cases. Si il y a une nouvelle vague je ne veux pas attendre, je préfère aller voir ailleurs. «
Au bout de quelques semaines de confinement, Alex a pu bénéficier de son droit passerelle en tant qu’indépendant, ce n’est pas le cas pour Xavier qui a remis son numéro de TVA. Pas de chômage temporaire non plus, on les laisse depuis des semaines dans un flou administratif. .. Deux mois et demi plus tard ils attendent toujours.
« L’Etat ne se préoccupe pas de nous, on nous oblige à changer notre quotidien, on nous demande de nous ré inventer mais que veux-tu qu’on ré invente avec des contraintes absurdes ! »
Une crainte et un espoir par rapport au déconfinement…
Le 11 mai les commerces étaient prêts à accueillir les clients dans le respect des règles de sécurité imposées.
Chez Julie à la rue Haute « ma crainte c’est que les petits commerces n’aient pas pu résister à cette crise. La gentrification se fait sur le dos des petit•es, des personnes qui ont fabriqué le quartier. Mon espoir c’est que le Vieux Marché ré ouvre. ».
La rue des Renards est ensoleillée, un des frères Kaly répare un tapis en discutant avec quelques habitué•es, les commerçant•es semblent heureux•ses de se retrouver.
Mais de clientèle potentielle, il y en a peu.
Ticky Tacky: « On verra, je veux rester optimiste mais vu la topologie du quartier, c’est une zone enclavée, les gens ne passent pas par là, ils viennent dans les Marolles qui fonctionnent avec le Vieux Marché, les restos, les bars et le tourisme; tu enlèves l’un ou l’autre de ces éléments et ça ne fonctionne plus. Je ne comprends vraiment pas pourquoi ils refusent d’ouvrir le Marché aux puces, les marchands sont des professionnel•les, on peut leur faire confiance ».
Dominique Bijoux: « Si j’ouvre, c’est uniquement par solidarité avec mes voisins, sans le Vieux Marché, ça ne sert à rien. »
Mathieu et Simon pensent « Avant ce n’était pas toujours facile, après ce sera pire. Nos clients viennent du milieu culturel, théâtre, festival, cinéma. Quand et comment sortiront-ils de cette crise ? ». Certains restaurants sont pessimistes, vont-ils pouvoir tenir après 3 mois d’inactivité? Ticky Tacky: « J’ai envie d’écrire à la Régie Foncière pour savoir où ils en sont avec le 15. S’ils reviennent maintenant avec les travaux, pour nous, ce serait fichu ! »
Xavier d’A chacun sa madeleine « Ca aurait été bien que cette crise remette en question notre façon de vivre et de consommer et ma crainte c’est que les acteurs économiques reviennent en force et continuent le même chemin. Par rapport au quartier des Marolles, je crains que ca accélère la gentrification, qu’une fois de plus ce soient les plus démuni•es qui soient touché•es, les personnes qui tenaient jusqu’ici, plus ou moins, qu’elles finissent par vendre, à bon marché et que tous nos petits commerces disparaissent à la faveur de grosses enseignes. Plus de fêtes de quartier, plus de rassemblements car c’est interdit, plus de vie sociale, tout ce qui fait la vie d’un quartier. Il faut résister ! »
Merci à tous et toutes d’avoir partagé avec nous dans ce moment compliqué.
Et bonne route à Xavier et Alex.
Nicole et Lili
(1) Smart est une coopérative qui propose des conseils, des formations et des outils pour accompagner le développement de l’activité professionnelle des travailleurs autonomes.
Source : http://www.pave-marolles.be/le-commerce-dans-les-marolles-au-temps-de-la-covid-19-un-biotope-en-dange
submitted by Chti_59 to BruxellesMaBelle [link] [comments]

Les idéologues du capitalisme décadent - La banqueroute des économistes bourgeois de gauche - Par Joseph Seymour et Bruce André (2 - 2) Janvier 2018

https://archive.li/gYdzR
La structure de l’étude historique de la croissance de l’économie américaine qu’a faite Gordon se base sur le concept de trois révolutions industrielles successives. La première (la RI n° 1) découlait d’inventions survenues entre 1770 et 1820, principalement la machine à vapeur et ses retombées – le chemin de fer, le bateau à vapeur et le passage du bois au fer et à l’acier. La deuxième (la RI n° 2) découlait de techniques développées à la fin du XIXe siècle, notamment l’électricité et le moteur à combustion interne. La troisième (la RI n° 3), qui a commencé dans les années 1960, était centrée sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC), comme les ordinateurs et les smartphones.
Pour Gordon, la cause fondamentale du ralentissement de la croissance de l’économie américaine ces dernières décennies a été l’atténuation des effets de la deuxième révolution industrielle et la puissance insuffisante de la troisième :
« La diminution de près de moitié de l’augmentation de la productivité reflète l’essoufflement de la stimulation de la production engendrée par les grandes inventions de la RI n° 2. Celle qui lui a succédé, la RI n° 3 orientée vers les TIC, a été suffisamment puissante pour provoquer un redressement tendanciel de la croissance de la productivité, qui a atteint en moyenne 2,05 % pendant la décennie 1995-2004. Mais la capacité des innovations liées aux TIC à stimuler la croissance de la productivité s’est essoufflée après 2004. »
Gordon ne considère jamais la possibilité que certaines innovations techniquement progressistes pourraient ne pas être transformées en marchandises commercialisées massivement parce qu’il n’est pas rentable de le faire. Nous reviendrons plus loin sur son insistance que l’informatisation et les nouvelles technologies numériques en général ne pourront pas à l’avenir augmenter la productivité du travail de façon significative. En fait, il soutient que ces technologies ont pour l’essentiel épuisé leur potentiel.
Examinons pour le moment le postulat implicite de Gordon que toutes les nouvelles marchandises commercialisées massivement étaient plus efficaces que celles qu’elles ont remplacées, et qu’elles ont augmenté le niveau de vie de la population. En particulier, intéressons-nous au remplacement partiel du tramway, du métro et du train surélevé électrifiés par l’automobile, un processus qui a démarré entre 1910 et 1930. Gordon analyse de façon détaillée cette transition d’un moyen de transport des personnes à un autre. Mais il n’essaie pas de comparer leur efficacité technico-économique. Les métros et les trains surélevés électrifiés dépensaient-ils plus ou moins de ressources économiques par passager-kilomètre que des Ford T ? Et si la réponse est moins, où est donc l’avantage de l’automobile ?
Gordon reconnaît que le développement de l’automobile n’a pas simplement été le résultat du fonctionnement du capitalisme de « libre marché ». La politique gouvernementale a été un facteur causal très important :
« Le gouvernement avait pour politique d’encourager l’étalement urbain, sapant la viabilité financière des transports urbains et des trains de voyageurs. Avant même la Deuxième Guerre mondiale, les politiques publiques étaient biaisées en faveur de l’automobile, avec la construction de rues et d’autoroutes sur fonds publics tandis que les transports urbains et les transports ferroviaires interurbains devaient fonctionner comme des sociétés privées autosuffisantes. Au début, on construisit beaucoup de routes en émettant des obligations dont les intérêts étaient remboursés par les impôts fonciers locaux, de sorte que le propriétaire d’une voiture et l’usager des transports publics payaient la même chose pour construire un système routier qui rendait la voiture toujours plus attractive par rapport aux transports collectifs. »
Toutefois, Gordon ne se prononce pas sur la question de savoir si la politique gouvernementale favorisant les déplacements en voiture aux dépens des transports publics de masse était rationnelle économiquement et bénéfique socialement. Et il n’explique pas non plus pourquoi les autorités nationales et locales ont mené cette politique en faveur de la voiture. La réponse, bien sûr, tient principalement à la course au profit des capitalistes : les politiciens bourgeois impliqués étaient liés aux propriétaires des grandes entreprises automobiles, comme Henry Ford et Alfred P. Sloan (le PDG de General Motors), ainsi qu’aux industries du caoutchouc et du pétrole qui fabriquaient les pneumatiques et l’essence.
Lutte de classe et réduction du temps de travail
Gordon déclare que son livre « n’étudie pas seulement le niveau de vie du point de vue du consommateur ; il examine aussi la qualité des conditions de travail, tant à la maison qu’à l’extérieur ». Gordon s’en tient à son thème principal : la population américaine a connu pendant la première moitié du XXe siècle une amélioration qualitative de ses conditions de vie quotidiennes. Il cite la réduction de la semaine de travail, qui est passée de 60 heures au début du XXe siècle à 41 heures en 1950. Mais sa vision du monde de bourgeois de gauche l’aveugle : il passe à côté à la fois de la cause fondamentale de ce changement majeur dans la vie des travailleurs et des limitations inhérentes de son impact sur leur qualité de vie.
Selon Gordon, la réduction moyenne de la semaine de travail résultait d’un intérêt partagé entre les propriétaires des entreprises et leurs ouvriers – que la main-d’œuvre soit bien reposée et en bonne santé. Il écrit :
« Les interprétations de la tendance à la réduction du temps de travail se focalisent sur l’opinion largement partagée, à la fois du côté des dirigeants des entreprises et de celui des syndicats, que cette réduction améliorerait les performances des travailleurs et ferait augmenter la production. Une augmentation de la productivité et des salaires rendait possible une réduction progressive du temps de travail, car les semaines de 60 ou 72 heures avaient créé une classe ouvrière masculine complètement épuisée. »
A l’appui de cette analyse, Gordon invoque la législation adoptée pendant l’« Ere progressiste » [1897-1920] et le New Deal des années 1930.
En fait, la semaine de 40 heures a été arrachée par des décennies de batailles de classe féroces et souvent sanglantes menées par le mouvement ouvrier. L’agitation pour la journée de huit heures et pour les syndicats menée par la classe ouvrière industrielle naissante conduisit à la grande grève des chemins de fer de 1877, qui fut brutalement réprimée par l’armée. Lors du massacre de Haymarket, en 1886, la police de Chicago attaqua les ouvriers qui manifestaient pour la journée de huit heures et arrêta huit militants syndicaux anarchistes qui furent ensuite emprisonnés ou exécutés après un procès truqué. Lors de la grève dite des Petites Aciéries en 1937, dont l’une des revendications était la semaine de 40 heures, la police assassina dix ouvriers devant les grilles de l’usine Republic Steel, dans le Sud de Chicago – une tuerie qui est passée dans l’histoire sous le nom du « massacre de Memorial Day » [journée en l’honneur des soldats américains morts au combat].
Aujourd’hui ont passé plusieurs décennies de guerre de classe unilatérale, menée par la bourgeoisie, et de reculades d’une bureaucratie syndicale bornée. La semaine de 40 heures a été progressivement grignotée. Le temps de travail hebdomadaire moyen pour les salariés américains à plein temps est aujourd’hui d’environ 47 heures, près d’une journée de travail supplémentaire de huit heures par semaine. Environ un salarié à plein temps sur cinq travaille 60 heures ou plus par semaine, alors que des millions de travailleurs sont au chômage ou obligés de travailler à temps partiel.
Les travailleurs doivent lutter pour une diminution de la semaine de travail sans perte de salaire, en liant le combat pour des conditions de travail décentes à la lutte pour un emploi pour tous. Une semaine de travail de 30 heures, payées 40, et le partage du travail disponible entre toutes les mains, serait un grand pas pour résoudre à la fois le chômage et les graves problèmes de sécurité dus à la fatigue et au manque de personnel.
Les capitalistes objecteront bien sûr que de telles revendications ne sont pas réalistes – du moins, s’ils doivent préserver leur indécente richesse. De fait, les besoins vitaux de la classe ouvrière se heurtent à l’incapacité du système capitaliste à les satisfaire. La lutte des travailleurs est nécessaire pour obtenir une part un peu plus grande de la richesse sociale contre une classe dirigeante capitaliste déterminée à maximiser ses profits. Mais cela n’apportera pas la solution. L’objectif doit être une société d’un genre complètement différent, une Amérique ouvrière où les richesses productives auront été arrachées des mains de l’infime minorité que représente l’élite capitaliste et mises à la disposition de l’immense majorité de la population. Pour construire une telle société, il faudra que la classe ouvrière, sous la direction d’un parti révolutionnaire, renverse le pouvoir de la classe capitaliste par une révolution socialiste et instaure un gouvernement ouvrier.
Travail et qualité de vie
Comme les batailles de classe qui ont arraché la semaine de 40 heures, l’érosion continue de cet acquis syndical historique depuis la fin des années 1970 est pour Gordon un livre fermé de sept sceaux. Pourtant, même si l’on accepte sa focalisation sur la première moitié du XXe siècle, quand la semaine de travail est passée de 60 à 40 heures, cet acquis représentait en fait quelque chose de moins qu’un changement qualitatif dans la vie des travailleurs américains. Même si Gordon déplore la montée des inégalités de revenus aux Etats-Unis ces dernières décennies, il ne traite pas et ne reconnaît même pas une inégalité plus fondamentale dans toutes les sociétés capitalistes à toutes les époques : celle entre, d’une part, l’immense majorité de ceux qui doivent accomplir ce que Marx appelait du « travail aliéné » pour obtenir les moyens de subsistance nécessaires à eux-mêmes et à leur famille, et, d’autre part, les quelques privilégiés qui peuvent se consacrer à un travail créatif et gratifiant.
Dans la préface de The Rise and Fall of American Growth, Gordon raconte que son intérêt pour les variations des taux de croissance économique et de la productivité du travail tout au long de l’histoire américaine remonte aux années où il était étudiant en économie au Massachusetts Institute of Technology au milieu des années 1960. Les recherches qu’il a menées pour écrire son livre ont été entreprises pour satisfaire sa curiosité intellectuelle, pas parce qu’il devait gagner sa vie. Mais très peu de gens peuvent s’offrir le luxe de travailler pour satisfaire leur curiosité intellectuelle ou exprimer leurs impulsions créatrices.
Voyons par exemple les employés des Presses universitaires de Princeton, qui ont transformé le manuscrit de Gordon en pages imprimées d’un livre. Certes, ils utilisent des techniques radicalement différentes de celles qu’employaient leurs prédécesseurs dans les années 1920, qui mettaient en page les livres des économistes éminents de l’époque comme Irving Fisher ou Wesley C. Mitchell. Et ils travaillent dans des locaux plus confortables. Pourtant, ils font le même type de travail pour les mêmes raisons personnelles : pour gagner leur vie.
En lisant le livre de Gordon, on pourrait conclure que la semaine de 40 heures et l’année de travail d’un peu plus de 11 mois comme aux Etats-Unis représentent le niveau le plus avancé que puisse atteindre la société pour ce qui est du temps de travail nécessaire fourni par ses membres. Mais dans une économie socialiste planifiée, il serait possible, grâce à une augmentation progressive et en forme de cercle vertueux de la productivité du travail, de réduire de façon radicale le temps de travail total nécessaire pour produire à la fois les moyens de production et les biens de consommation. En l’espace de seulement quelques générations, les gens ne travailleraient plus que, disons, 20 heures par semaine et six mois par an. Tout le monde aurait à la fois le temps disponible et l’accès aux ressources matérielles et culturelles nécessaires pour acquérir les connaissances scientifiques et techniques aujourd’hui réservées à une élite privilégiée. Il y a plus d’un siècle et demi de cela, Marx envisageait ainsi la société communiste de l’avenir :
« Le temps libre – qui est aussi bien temps de loisir que temps destiné à une activité supérieure – a naturellement transformé son possesseur en un sujet différent, et c’est en tant que tel qu’il entre alors dans le procès de production immédiat. Ce dernier est à la fois discipline, si on le considère dans la perspective de l’homme en devenir, et en même temps exercice pratique, science expérimentale, science matériellement créatrice et s’objectivant, dans la perspective de l’homme tel qu’il est au terme de ce devenir, dans le cerveau duquel existe le savoir accumulé de la société.
– Manuscrits de 1857-1858 (« Grundrisse »)
Dans la société communiste de l’avenir, il y aura une augmentation considérable du nombre de personnes capables de développer des innovations techniques, à la mesure des héros du passé célébrés par Gordon, comme Thomas Edison, Karl Benz (l’inventeur de l’automobile) ou Guglielmo Marconi (un des pionniers de la radio).
La Deuxième Guerre mondiale : un exemple de capitalisme d’Etat
Pour des marxistes, la partie la plus intéressante du livre de Gordon est son analyse du « grand bond en avant » de la productivité du travail qui a eu lieu pendant la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) et qui s’est poursuivi pendant les deux premières décennies de l’après-guerre. Gordon écrit en conclusion : « La Deuxième Guerre mondiale a sauvé l’économie américaine d’une stagnation séculaire, et un scénario hypothétique de croissance économique après 1939 qui n’inclurait pas la guerre serait lamentable dans le meilleur des cas. » C’est le seul moment de l’histoire américaine contemporaine où le développement d’unités de production utilisant de nouvelles techniques plus avancées ne fut pas déterminé par les anticipations de profits des dirigeants des grandes entreprises et des financiers de Wall Street. Pour vaincre ses ennemis capitalistes-impérialistes, le gouvernement américain – le comité exécutif de la classe dirigeante américaine dans son ensemble – décida et finança un programme sans précédent de construction d’usines et d’infrastructures industrielles.
On peut lire dans un ouvrage de référence sur l’histoire économique de la Deuxième Guerre mondiale :
« La période qui va de 1940 à 1944 a connu une expansion de la production industrielle aux Etats-Unis plus importante que pendant n’importe quelle période précédente […]. Entre 1940 et 1944, la production totale de produits manufacturés a augmenté de 300 %, et celle de matières premières d’environ 60 % . On estime que les investissements dans des usines et des infrastructures nouvelles, dont beaucoup d’investissements directs réalisés par le gouvernement, ont accru la capacité productive de l’économie de quelque chose comme 50 % . »
– Alan S. Milward, War, Economy and Society 1939-1945 (1977)
Les usines et autres infrastructures productives financées par le gouvernement furent mises gratuitement à la disposition des capitalistes privés, ce qui leur permit d’accroître fortement leurs profits pendant et après la guerre. Gordon écrit à ce sujet : « Bien que les investissements privés aient stagné dans la période 1930-1945, les investissements en capital financés par le gouvernement ont fait un bond en avant durant ces quinze années. Particulièrement notable fut la création de nouvelles usines payées par le gouvernement mais gérées par des entreprises privées pour produire du matériel et des fournitures militaires. »
Franklin Roosevelt et les autres chefs politiques de l’Etat impérialiste américain (par exemple le ministre de la Guerre Henry L. Stimson et le ministre du Trésor Henry Morgenthau) connaissaient les rouages intimes des grandes entreprises industrielles et des banques. Leur expérience de première main leur avait appris qu’ils ne pouvaient pas compter sur les mécanismes normaux du marché capitaliste pour maximiser la production d’armements en un minimum de temps. On donna donc aux grands industriels comme Henry Ford et Henry Kaiser l’assurance de profits garantis, grâce à la méthode dite du « prix de revient majoré » pour fixer les prix d’achat par l’Etat. On achetait à leurs entreprises les cuirassés, les bombardiers, les tanks, etc., en leur payant un montant correspondant au prix de revient qu’elles déclaraient, plus une marge bénéficiaire supplémentaire. Sur toute la durée de la guerre, les profits après impôts des entreprises industrielles augmentèrent de 120 %.
Bien plus important de par ses effets économiques à long terme fut le financement direct par le gouvernement de la construction d’usines et autres infrastructures industrielles. Gordon souligne que le nombre de machines-outils (l’ingrédient essentiel d’une économie industrielle) doubla entre 1940 et 1945, et que « presque toutes ces nouvelles machines-outils furent financées par le gouvernement et non par des entreprises privées ». La gigantesque chaîne d’assemblage de bombardiers construite par Ford à Willow Run, dans le Michigan, fut financée par 1e gouvernement. Il en fut de même de grands oléoducs, toujours en service aujourd’hui, construits pour relier les champs pétroliers du Texas au nord-est des Etats-Unis. En outre, les principales technologies à la base de la « troisième révolution industrielle » de Gordon, à partir des années 1960, tiraient aussi leur origine des recherches de l’armée américaine pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le prototype des gros ordinateurs, l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer), fut développé par des savants et des ingénieurs de l’université de Pennsylvanie employés par le ministère de la guerre.
Quand l’Etat capitaliste-impérialiste américain maximisait la production, la productivité du travail et l’innovation technologique, c’était pour semer la mort et la destruction chez d’autres peuples. La percée scientifique et technique peut-être la plus importante du XXe siècle, la maîtrise de l’énergie nucléaire, fut utilisée pour incinérer la population civile des villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki.
Gordon contre les « techno-optimistes »
Dans son livre, Gordon désigne comme son adversaire principal un courant intellectuel qu’il a baptisé les « techno-optimistes » – ceux qui prévoient que des techniques nouvelles, comme la robotique et l’intelligence artificielle, amèneront l’économie américaine à l’orée d’une vague de croissance économique. Comme Gordon, ces techno-optimistes (parmi lesquels Joel Mokyr, un de ses collègues à la Northwestern University, ainsi qu’Andrew McAfee et Erik Brynjolfsson au MIT) sont convaincus que c’est avant tout l’innovation technique qui détermine l’évolution de la société. Le désaccord porte sur deux questions très différentes. L’une concerne la sphère de la consommation immédiate, l’autre la sphère de la production dans l’avenir.
Gordon argumente que l’effet des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur la qualité de la vie quotidienne a été relativement limité comparé aux innovations et inventions majeures de 1870 à 1970. Celles-ci vont de l’eau courante, de l’éclairage électrique et du chauffage central à l’automobile, aux avions et à la télévision :
« Il y a certes des innovations continuelles depuis 1970, mais elles ont un impact moindre qu’auparavant ; elles sont focalisées sur l’industrie du divertissement et les technologies de l’information et la communication (TIC) ; les avancées dans plusieurs dimensions du niveau de vie liées à l’alimentation, à l’habillement, à l’électroménager, au logement, aux transports, à la santé et aux conditions de travail sont moins rapides qu’avant 1970. »
A un autre niveau, la controverse entre Gordon et les techno-optimistes porte sur la « futurologie » : la plus ou moins grande probabilité que de nouvelles technologies avec un fort potentiel de transformation soient développées et adoptées à une large échelle dans un avenir proche. Des deux côtés, on considère implicitement que le capitalisme est le meilleur système pour encourager l’innovation technique. Des deux côtés, bien sûr, on écarte d’un revers de main la perspective d’une économie collectivisée et planifiée.
Mokyr a publié en 2014 un article intitulé « Le prochain âge des inventions : l’avenir de la technique est plus radieux que ne veulent l’admettre les pessimistes ». Il s’y enthousiasme pour les super-ordinateurs, l’impression 3-D, le génie génétique et autres merveilles. Il ne parle cependant nulle part de salaires, de coûts de production, de marchés ou de profits. Ces catégories fondamentales qui gouvernent la production capitaliste et les investissements dans les nouvelles technologies sont semblablement absentes de son article « Notre avenir économique est-il derrière nous ? » (29 novembre 2016), une brève polémique contre le dernier livre de Gordon. Au cas improbable où Mokyr serait nommé PDG d’Apple ou de General Electric, ces entreprises risqueraient la faillite. S’il suivait ses propres recommandations, Mokyr utiliserait les équipements les plus avancés et par conséquent les plus coûteux, sans se demander si cela augmenterait les coûts de production au-delà de ceux des entreprises concurrentes.
Dans son article de 2014, Mokyr avance un argument économique à l’appui du techno-optimisme : « Une deuxième raison pour laquelle le progrès technique se poursuivra à un rythme soutenu est liée à l’émergence d’un marché mondial concurrentiel, qui encouragera la dissémination des nouvelles technologies à partir de leur lieu d’origine vers de nouveaux utilisateurs qui ne souhaiteront pas rester en arrière. » En fait, l’expansion du commerce international et de l’exportation des capitaux ne constitue guère un encouragement sans ambiguïté au développement technique. A l’époque impérialiste, l’économie internationale se heurte aux mêmes Etats-nations sur lesquels les impérialistes basent leur pouvoir, et qui constituent un obstacle au développement des forces productives de l’humanité. La production en Europe, au Japon et à certains endroits en Asie utilise effectivement des méthodes modernes. Mais le fait qu’il existe un immense réservoir de main-d’œuvre bon marché disponible dans le sous-continent indien, en Extrême-Orient et en Amérique latine a tendance à inhiber les investissements dans des technologies permettant d’économiser la main-d’œuvre, que ce soit dans le tiers-monde ou dans les centres impérialistes.
Quand les entreprises industrielles américaines ou européennes transfèrent leurs activités industrielles dans des pays pauvres, elles ont souvent tendance à utiliser des méthodes de production avec une intensité capitalistique moindre. Prenons l’industrie de l’habillement. La technique existe pour pouvoir produire des vêtements dans des usines hautement automatisées à forte intensité capitalistique, mais les entreprises trouvent qu’il est meilleur marché d’employer des ouvriers dans des néocolonies opprimées comme le Bangladesh; ces ouvriers sont payés quelques cents pour coudre des vêtements dans des conditions de travail plus proches du XIXe que du XXIe siècle.
Dans les pays du « premier monde », les connaissances scientifiques et techniques actuelles ne sont pas non plus utilisées d’une façon rationnelle et bénéfique pour la société, et dans de nombreux cas elles sont délibérément employées de manière néfaste. Prenons la recherche médicale : d’importants moyens sont consacrés au traitement de la calvitie et des troubles de l’érection, tandis qu’on investit des sommes dérisoires dans de nouveaux médicaments et de nouveaux vaccins contre des maladies tropicales potentiellement mortelles.
Rien qu’aux Etats-Unis, environ 23 000 personnes meurent chaque année d’infections dues à des bactéries résistantes aux antibiotiques. Selon une étude financée par le gouvernement britannique, d’ici le milieu du XXIe siècle jusqu’à dix millions de personnes pourraient être tuées chaque année par des bactéries résistantes si l’on ne découvre pas de nouveaux traitements. Mais malgré ce besoin social urgent, la plupart des grandes sociétés pharmaceutiques internationales ont depuis longtemps arrêté le développement de nouveaux antibiotiques en invoquant des retours sur investissement insuffisants.
De même, environ 25 millions d’Américains souffrent de ce qu’on appelle des maladies rares, comme la maladie de Charcot, la mucoviscidose ou la drépanocytose, une maladie qui touche principalement les Noirs. Mais les investissements dans la recherche de traitements pour ce genre de maladies sont notoirement insuffisants, alors même que la recherche sur les maladies rares a souvent ouvert des voies prometteuses pour le traitement de maladies plus répandues. Le Centre pour le journalisme médical de l’université de Californie du Sud explique ainsi les réticences des sociétés pharmaceutiques : « La plupart des gens disent qu’investir dans le traitement des maladies rares – qui touchent des dizaines de milliers de personnes – n’est pas rationnel commercialement. »
Mokyr, McAfee, Brynjolfsson et compagnie, faisant fi des lois qui gouvernent le mode de production capitaliste, anticipent dans un avenir proche un bond qualitatif de la productivité grâce à l’utilisation de « techniques brillantes ». Gordon accepte implicitement les limitations du système capitaliste en niant la possibilité même d’un tel scénario. Concernant la robotique, il écrit : « L’augmentation exponentielle de la vitesse et de la mémoire des ordinateurs va bien plus vite que la capacité des robots à reproduire les mouvements humains. » Il n’avance aucun argument pour expliquer pourquoi ce fossé ne pourrait pas être dans une large mesure comblé par de futures avancées des connaissances scientifiques et techniques. Il n’étudie pas les ressources actuellement consacrées à la recherche en robotique.
La plus grande partie de la recherche scientifique universitaire est directement financée par le gouvernement fédéral, et la plus grande partie des financements fédéraux sont à visée militaire. Le budget américain a consacré 6,5 milliards de dollars en 2016 à la recherche-développement par l’intermédiaire de la National Science Foundation, tandis qu’à lui seul le budget de recherche-développement de l’Armée de l’Air américaine se montait à près de 27 milliards. La recherche en sciences physiques, y compris la robotique, vise comme objectif ultime (même si ce n’est pas à court terme) à construire de meilleurs drones et autres machines destinées à faire exploser des cibles et à tuer des gens pour défendre les intérêts de l’impérialisme capitaliste. Le financement de la recherche en mathématiques vise à mettre au point des algorithmes pour préserver les secrets et les agissements de l’Etat et à déchiffrer les secrets des autres. On estime que la National Security Agency est le plus grand employeur de mathématiciens aux Etats-Unis.
A tous les niveaux, malgré sa soif d’innovation technique, le capitalisme n’est pas l’allié du progrès scientifique mais son ennemi. Qu’il s’agisse des lois sur la propriété intellectuelle, des incitations perverses du marché ou des dizaines de milliards dépensés pour développer des armes plus efficaces, le capitalisme oriente la recherche en fonction des intérêts de la classe dirigeante et de son appareil d’Etat. Si les mêmes ressources étaient consacrées à faire avancer la connaissance humaine, à augmenter le bonheur humain et à donner à l’humanité la maîtrise de son destin, ce qui pourrait être réalisé est presque inimaginable. Il faudra pour cela renverser le système capitaliste-impérialiste par une série de révolutions prolétariennes et jeter ainsi les bases d’une économie socialiste planifiée à l’échelle mondiale. C’est pour diriger le prolétariat dans cette lutte que la Ligue communiste internationale se bat pour reforger la Quatrième Internationale, le parti mondial de la révolution socialiste.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/223/economistes.html
submitted by FinnagainsAwake to RepubliqueOuvriere [link] [comments]

www.youtube.com Teasing #fautquonenparle n°18 : [Unboxing] Les Birchbox & Biotyfull Box du mois de mars 2020 feat. Akila Nouvelle Nissan Micra 5 2017 1.5 DCI 90 cv Essai et Avis #VLOG33#ROME#ITALIE#TRASTEVERE#TRAVEL#BONPLANS Un quartier des monuments à Trastevere

Neuves, elles coûtent entre 8 150 et 20 330 euros en prix de base. Découvrez la liste des 50 voitures les moins chères disponibles en France en 2020. Les Boutiques Marcado, votre carrefour d'aubaines de la Rive Sud. Centre commercial de type marché aux puces 5 étoiles nous sommes situés au 3565 Boulevard Taschereau pour vous servir. La cérémonie d’ouverture du super marché a connu la participation de plusieurs sommités dont des hommes d’affaires. Liza Market occupe une superficie de 800m2. C’est un super marché répondant aux standards internationaux, qui s’ouvre du lundi au samedi de 7h30 à 21h30. Les dimanches, c’est de 15h à 21h00. La 107 adopte un look très proche de celui de sa sœur de chez Citroën. Elle propose en plus un Diesel 1.4 HDi mais pour 9.450 euros ce sera le même essence 1.0 que les autres. #13 Fiat Panda 1 ... Carmax est le plus grand vendeur de voitures usagées au sud de la frontière. Chaque magasin est incroyablement vaste et la formule est absolument gagnante: pour le consommateur, pour le vendeur, et pour les actionnaires. Je suis allé en Floride cet automne, voulant refuser que l’hiver puisse arriver. Quand je voyage aux États-Unis, je regarde […]

[index] [137] [75] [4230] [5090] [1334] [1482] [5164] [6839] [7323] [5947]

www.youtube.com

oubliez pas le partage de cette vidéo et le pouce bleu merci à tous vous êtes super bon vissionnage à tous. Category ... PARLONS VOITURES L.VIAUD 28,003 views. 13:40. Je vous conseil un autre endroits sympas si vous voulez manger sur le pouce street food j'en n' est pas parler dans la vidéo mais si vous voulez manger un super bon Suppli le meilleur de Rome ... Coucou c'est Caramella. et mon petit Minus d'amour comme toujours !! Mes Chatons !! NB : AH AH NOUVEAU GRAND CONCOURS SUR MA CHAINE YOUTUBE A MES 4000 ABONNES !! TJ DEUX GROS LOTS DE MAKE UP ... (5€ de réduction sur votre première box, soit la première box à 9,80€) 🚘 DRIVY, location de voitures entre particuliers : ... MEGA ARNAQUE OU SUPER BON PLAN ? - Duration: 17:39. ... Bonjour tout le monde, Aujourd’hui on se retrouve pour une vidéo où je test 3 masques peel-off pour faire du slime. Abonnés vous, c’est gratuit : https://www...

https://binary-option-arabic-trade-brocker.coachingforexecutives.eu